Ecotourism in the Jericho region
Eco-tourisme dans la région de Jéricho
Back to English version
Lire en version originale

The Arabic name of Jericho, Arriha, means fragrance. It refers to the smell of flowers who used to bloom by the dozens in the gardens of the city. Despite it being located in the desert, Jericho has always been known for its water springs. In the West Bank, Jericho isn’t only the name of a city, but also a brand of mineral water. Nowadays, however, with global warming and the soaring number of settlements around Jericho, the general rise of the quality of life and the demographics in the region, water resources have become an asset to protect. Two organizations offer tourists hikes and accommodation in a framework that focuses on the water issue: the eco-lodge Auja in the Jordan valley and Ein Feshka/Enot Tsukim, a natural reserve near the Dead Sea.

The Friends of the Earth association, based in Bethlehem, founded the Auja eco-lodge. This village is located some 12 km north of Jericho, near the Jordan River, whose riverbed is composed today of 60% of wastewater but has a source that produces water two months a year.

The main mission of the eco-lodge is to teach environmental issues to school groups. High school and university students come from all over the West Bank: 3000 in the first trimester of 2014. Recycling, organic agriculture, global warming: these important subjects are taught in a fun way and through activities that include recycling “grey water”, building a clay house, reusing tires as flower pots... To be able to have these workshops, the association offers paying services to tourists: accomodation, food in the ecolodge, daylong hikes which explore the itinerary of migratory birds who fly by the valley, as well as the origins of agriculture in this old region.

A few kilometers away from the private beaches that clutter the northern bank of the Dead Sea is Enot Tsukim, a natural reserve managed by the Israeli National Parks Authority. The reserve is mainly supplied with water by the Ein Feshka spring, one of the most important natural sources in the Middle-East. Its name recalls the idea of a crack, as it is on the border of the African and Arabic tectonic plates. The idea for the reserve was born fifteen years ago, from a simple idea: the Dead Sea loses a meter a year, it was necessary to either keep extending the waterline and build new infrastructure for a new seaside resort every year or to find a solution that is more harmonious with the environment.

Today, the site has no access to the sea but has spring water basins where one can bathe, in the tourist part of the site. This part is equipped with bathrooms, water fountains and campsites. The most interesting part of the site is the “secret reserve”: guided visits are available, in Arabic on Fridays, in Hebrew on Fridays and Saturdays and in English on Sundays. One must first get a permit from the Israeli Ministry of Tourism, this is better done a few days before the visit. Bordered by the desert on both sides, this flora is a magnet for life and there are wolves, foxes, jackals, migrating birds and different species of fish and insects on site. Until 2007, it even had leopards! 

Le nom arabe de Jéricho, Arriha, signifie « fragrance » en référence aux parfums des fleurs qui, un temps, poussaient dans les nombreux jardins de la ville. Malgré la proximité du désert, Jéricho a toujours été réputée pour ses sources d'eau, et continue de l'être. En Cisjordanie, Jéricho n'est pas seulement un nom de ville mais aussi une marque d'eau minérale. Aujourd'hui, toutefois, avec le réchauffement climatique, le nombre croissant de colonies installées dans les environs, l'augmentation générale du niveau de vie et de la démographie de la région, les ressources en eau sont devenues un bien à protéger. Deux organisations dans les environs proposent aux touristes des formules de randonnées et d'hébergement dans un cadre qui permet de réfléchir à la question de l'eau  : l'éco-lodge Auja, dans la vallée du Jourdain, et Ein Feshka/Enot Tsukim, une réserve naturelle à côté de la Mer Morte.

C'est l'association Friends of the Earth, basée à Bethléem, qui est à l'origine du centre d'Auja. Le village est situé à 12km au Nord de Jéricho, à proximité du Jourdain, dont le lit est aujourd'hui composé à 60% d'eaux usées, mais bénéficie d'une source qui produit de l'eau un à deux mois par an. La mission principale de l'éco-lodge consiste à former des groupes scolaires aux enjeux environnementaux. Lycéens et étudiants viennent de toute la Cisjordanie, 3000 en tout pour le premier trimestre de l'année 2014. Recyclage, agriculture bio, changement climatique : ces sujets graves sont abordés de façon ludique et incarnés par des activités pratiques, allant de la réutilisation des « eaux grises » à la construction d'une maison en terre en passant par la reconversion de pneus peints en bacs à fleurs. Afin d'assurer ces formations, l'association propose des services payants aux touristes : hébergement, restauration à l'éco-lodge et randonnées d'une journée qui explorent aussi bien les trajectoires des oiseaux migratoires, dont la vallée est un point de passage populaire, que les origines de l'agriculture humaine dans cette région multi-millénaire.

A quelques kilomètres des plages privées qui encombrent la rive Nord de la Mer Morte se trouve la réserve naturelle d'Enot Tsukim, gérée par l'autorité des parcs nationaux israéliens. La réserve est principalement alimentée en eau par la source d'Ein Feshka, l'une des plus importantes sources naturelles au Moyen-Orient, dont le nom évoque l'idée de fissure, car c'est à la frontière des plaques tectoniques africaine et arabique qu'elle se situe. L'idée de la réserve est née il y a quinze ans d'un constat simple : la Mer Morte reculant d'en moyenne un mètre chaque année, il fallait soit poursuivre la ligne d'eau et reconstruire des infrastructures pour une nouvelle station balnéaire chaque année soit trouver une solution plus en harmonie avec l'environnement. Aujourd'hui, le site n'offre plus l'accès à la mer mais dispose de bassins d'eau de source où il est possible de se baigner, dans la partie touristique du site, qui est équipée de toilettes, de fontaines à eau et où il est possible de camper et même de faire du feu. Mais la partie la plus intéressante du site reste la « réserve secrète ». Des visites guidées sont proposées, le vendredi en arabe, les vendredi et samedi en hébreu et le dimanche en anglais. Il faut pour cela obtenir en amont un permis du Ministère du Tourisme Israélien, il est donc conseillé de faire cette démarche quelques jours avant la visite. Avec le désert de part et d'autre, cette flore est un aimant à vie et l'on trouve dans le parc des loups, des renards, des chacals, des oiseaux migrateurs, des espèces variées de poissons et d'insectes. Jusqu'en 2007, il y avait même des léopards !