Hisham’s Palace
Le Palais d'Hisham
Back to English version
Lire en version originale

From Ramallah, you can get a service taxi for 15 NIS; in Jericho, take a taxi to Hisham’s Palace or walk there. The site is located three kilometers north of Jericho. From the town hall, take the Qasr Hisham road, straight until you get there: the site is behind the Jericho Village Resort.

Entrance and hours: 10 NIS site and museum;

Summer: 8am-6pm Saturday to Thursday, 8am to 5pm on Fridays

Winter: 8am – 5pm Saturday to Thursday, 8am-4pm Friday

 

The site, called Kirbet el Mafjar, was probably built by the eighth calife of the Omeyyad dynasty Hisham ibn abdul Malik in 730. It was only inhabited for a short time; an earthquake destroyed the palace in 747. It seems however that the site was used again several times during the following centuries. The beautiful palatial complex was used as secondary residency in winter, when the climate in Jericho was the most favorable. It included a palace, complete with reception rooms, living rooms, a mosque, and exquisitely decorated thermal baths. There were also agricultural buildings: all of it served by an improved irrigation system.

First, visit the museum at the entrance of the site. A video tells the history of the palace complete with 3D models.

The entrance of the palace leads to a court encircled by a portico with pillars leading to different rooms, including a mosque to the south, with a mirhab. In this court is the famous star of Jericho, which was probably set over one of the windows of the palace.

As you continue your visit to the north, you will get to the thermal complex of the palace. These thermal baths are decorated with beautiful ground mosaics. A thin layer of sand preserves those of the column room, while a solution is being found for in order to present them to the public. The famous Tree of Life mosaic is in the reception room of the baths. A pomegranate tree, two gazelles on one side eating peacefully while, on the other, a lion devours a third gazelle. This mosaic symbolizes life and death, war and peace. The stuccos decorating the walls of this room show the splendor and riches of the palace. These decorations and the architecture are characteristic of the Omayyad period. North of the baths, farm buildings were uncovered. To the northeast, another mosque was found. You will be able to see a fountain decorated with Corinthian columns.

An endangered archeological heritage

The archeological heritage of Palestine is fragile. The construction of Israeli settlements, the separation wall and the frenzied development of cities in the West Bank contribute to its degradation. Archeological sites are, very often, targets for plundering. The economic crisis in Palestine, and the legality of selling and buying antiquities in Israel, encourage the trafficking of archeological goods. Many sites are disappearing. 

In the past twenty years, however, many projects were undertaken to protect this heritage. The Palestine Ministry of Tourism and Antiquities was created, and departments of archeology are opening in universities. NGOs are also establishing conservation, and restoration programs. Let’s hope this new awareness will help in protecting this universal heritage. 

It is up to you, as well, visitor, to respect and protect those sites by refraining from littering or climbing on the structures!

by Margaux Thuillier

Comment y aller : De Ramallah, prenez un service pour environ 15 NIS, puis prenez un taxi ou finissez la route à pied. Le site se situe à trois kilomètres au nord de Jéricho. De la place de la municipalité, prendre la rue du Qasr Hisham. Continuer tout droit, le site se trouve derrière le Jericho Village Resort.

Entrée et horaires : 10 NIS site et musée. Eté : 8h – 18h du samedi au jeudi, 8h – 17h le vendredi ;

Hiver : 8h – 17h du samedi au jeudi, 8h – 16h le vendredi.

 

Histoire et vestiges :

Ce site, également appelé Khirbet el Mafjar, a probablement été construit par le huitième calife de la dynastie omeyyade Hisham ibn Abdul Malik vers l'an 730. Son occupation fut de courte durée, puisqu'un tremblement de terre détruit le palais en 747. Cependant, il semble que le site ait été réutilisé à plusieurs reprises durant les siècles suivants. Ce somptueux complexe palatial servait de résidence secondaire, l'hiver, lorsque le climat de Jéricho était le plus favorable. Il comprenait le palais avec ses salles de réception et de vie, une mosquée, des thermes richement décorés. S'y trouvaient aussi des bâtiments agricoles ; tout cela desservis par un système d'irrigation perfectionné.

Visitez tout d'abord le musée situé à l'entrée du site, une vidéo y retrace l'histoire du palais et propose des reconstitutions 3D.

L'entrée du palais donne accès à une cour entourée d'un portique à colonnes desservant différentes pièces, dont au sud une mosquée avec un mihrab. Dans cette cour, se trouve la célèbre étoile de Jéricho.

Cet élément surmontait probablement l'une des fenêtres du palais.

En poursuivant votre visite au nord, vous arriverez dans le complexe thermal du palais. Ces thermes sont décorés de magnifiques mosaïques au sol. Celles de la salle hypostyle (salle des colonnes) sont préservées par une couche de sable, en attendant de trouver une solution viable pour les présenter au public. La salle de réception des bains renferme la fameuse mosaïque de l'arbre de vie. Celle-ci dépeint sous un grenadier, d'un côté deux gazelles qui mangent paisiblement et de l'autre un lion en dévorant une autre. Cette représentation symbolise à la fois la vie et la mort, mais aussi la paix et la guerre. Les stucs qui ornent les murs de cette pièce illustrent la splendeur et le faste de ce palais. Ces décors et tous les éléments architecturaux sont caractéristiques de la période omeyyade. Au nord des bains, des bâtiments agricoles ont été découverts. Au nord-est, une autre mosquée a été identifiée. Vous pourrez y admirer une fontaine ornementée de colonnes corinthiennes.

Un patrimoine archéologique en danger ?

Le patrimoine archéologique palestinien est fragile. La construction des colonies israéliennes, du mur de séparation et le développement effréné des aménagements urbains dans les Territoires Palestiniens ne font qu'accélérer sa dégradation. Les sites archéologiques sont, très souvent, la cible de pillage. La crise économique que connait la Palestine et l’autorisation du commerce d’antiquités en Israël ne font qu’encourager ces trafics de pièces archéologiques. Ainsi, de nombreux sites sont en voie de disparition.

Cependant, depuis une vingtaine d'année des efforts sont engagés afin de protéger ce patrimoine. Un ministère des Antiquités et du Tourisme palestinien a été créé et des départements d’archéologie s'ouvrent dans les universités. Des ONG mettent en place des programmes de conservation, de valorisation et de restauration des vestiges. Espérons que cette prise de conscience permettra à l'avenir de protéger cet héritage patrimonial universel.

Il tient également à vous, visiteurs, de respecter et préserver les sites en n'y laissant aucun déchet et en ne montant pas sur les structures archéologiques !

Margaux Thuillier