Ramallah Nights
Ramallah nocturne
Back to English version
Lire en version originale

Feel like a night out in Ramallah? Here’s a selection of places to go to meet people and get a drink. The best thing in Ramallah remaining its private parties – for which you’re better off making new friends who know where said parties are happening…

Like many capitals, Ramallah is a cosmopolitan city. With its numerous international residents, it is more liberal than most cities of the West Bank. Places to go out at night are plentiful, much more so than elsewhere. There are all kinds of establishments: fancy bars and restaurants for high society and those who wish they ere a part of it, cosy bars for expats, an Irish pub far from the centre (take a cab) and a couple of cool places. Keep in mind that the distinction between a “café” and a “bar” – a blurry one in Europe – is important: cafés don’t serve alcohol.
 

When Ramzi Hazboun, from Lawain bar (see the interview) explains that “the political situation obviously has a big influence on the nightlife,” he doesn’t mean only the conflict per se: the Palestinian Authority dealt a serious blow to the Ramallah nightlife in the spring of 2014 when it shut down Beit Aneeseh, one of the most popular places for Palestinian and expat party goes. The real reasons for the shutdown are unknown and rumours spread like wildfire: “Usually, when the authorities shut down a place, they say that a place was closed for drug consumption or for organizing unauthorized parties, without saying which place was shut down, explains an ex-regular customer of the bar. But in the case of Beit Aneeseh, it was the other way round: the authority said that Beit Aneeseh was shut down without saying why.” According to the owner of a local bar, “apparently clients smoked weed with impunity and that is why it was shut down. That’s all! I miss Beit Aneeseh, I like the people who owned the place: they took great care of their clientele but, unfortunately, were not good at “business” ”

Ever since it opened in 1994, and even more so since Beit Aneeseh was shut down, Snowbar became the place to go for a night out. Snowbar is widely acclaimed in the press. Located entirely outside (and therefore closed in winter) and on a slope, the bar has several sofas and big pillows placed on the ground. An ideal place to smoke a hookah or drink a glass of arak or a cocktail under the many pine trees which gave the bar its name. As time went by, the name “Snowbar” overtook the original “Al-Snobar” (pine tree in Arabic), but both versions of the name are still in use. Snowbar is the work of Amin. After having worked as a landscape artist in the United States in the 80s, the owner transformed his family home into one of the must-see bars of Ramallah. The place can easily accommodate more than a hundred persons, more than that for big parties, concerts or the very popular tango and salsa nights. Snowbar doesn’t have regular opening hours: try to find out prior to going what’s happening there.
 

Hip-hop/funk, house, electro…

Lawain is a bar/nightclub hybrid, a unique place in Ramallah and probably the most alternative space in Palestine for music. It is near Manara Square. Between its hip-hop/funk, electro or house parties, Lawain also hosts acoustic rock concerts: it became the place to go for the party-going youth of Ramallah. Closed on Mondays, Lawain often offers DJ-sets, with varying quality although most of them are good. Smaller than Snowbar and with no exterior space, Lawain’s dance floor can accommodate a few dozen people in an intimate and relaxed atmosphere. As opposed to many of the other bars in Ramallah, it doesn’t necessarily try to cater to foreigners and mostly tries to keep its regular customers satisfied. But if you’re here to party, you will feel more than welcome.

 

Arak and crème liqueur

If you’re looking for a place to have one last drink before morning, you can head to the gas station where old city meets Main Street. Behind it sits La Grotta, which is open from 4 pm to … anytime. It’s not always easy finding a place in this tiny bar: the place can accommodate up to twenty people in a room decorated with paintings by Maxim Zaqtan who owns the place with his older brother Shadi, also a musician.

Maxim (his father named him after Maxim Gorki) explains that “alcohol is frowned upon in Palestine, but before religion took such a place in society, there was a really culture of alcohol here, and people drank much more.” Needless to say, not everyone in Ramallah agrees with this opinion. The speciality of the bar is the “La Grotta shot”, a mix of arak and crème liqueur. If the place is closed, you can still try your luck across the street at the Liquor and Nuts Store of friendly Abu Amjad.

This selection is of course subjective and incomplete. Stones and Fuego (which is also a Mexican restaurant, if you have a sudden craving for fajitas in the holy land) in the old city, the comfy La Vie Café near Arafat Square or the Ramallah Café on Main Street (the historic bar of intellectuals) are other options to go out at night.


If you’re a peckish night owl, try the shawarmas at Manara Square, the falafels on Arafat Square or the kebabs of the Old City. Late-night smokers will find their cigarette packs in the remarkable fresh fruit juice shop, Al-Silwadi, on Manara Square.
 

Envie de sortir le soir à Ramallah ? Tour d'horizons des endroits pour boire un verre et rencontrer du monde, le meilleur plan restant bien entendu de trouver des soirées privées, et, pour ce faire, de nouveau amis qui savent où elles ont lieu.

Comme de nombreuses capitales, Ramallah est une ville cosmopolite. Avec de nombreux résidents internationaux, elle est plus libérale vis-à-vis des moeurs que le reste du territoire. En soirée et de nuit, on constate aisément que les endroits où sortir sont moins rares que dans le reste du territoire: On y trouve plusieurs types d'établissements : Beaucoup de bars et restos pompeux pour la haute société et ceux qui veulent en être, des bars à expats cosys, un Irish pub loin du centre (prévoyez un taxi) et quelque endroits très sympa (voire ci-dessous). Gardez également à l'esprit que la distinction entre « bar » et « café », assez floue en Europe, prend tout son sens à Ramallah : Les cafés ne servent en principe pas d’alcool. 

Lorsque Ramzi Hazboun du bar Lawain explique que « la situation politique a évidement une grande influence sur la vie nocturne », cela ne se limite pas au conflit au sens strict : L’autorité palestinienne a mis un sérieux coup à la nightlife de Ramallah au printemps 2014 en ordonnant la fermeture de Beit Aneeseh, l’un des endroits les plus populaires chez les fêtards, palestiniens ou expats. Les véritable raisons de la fermeture restent sujettes à la rumeur: « Normalement, quand les autorités ordonnent la fermeture d’un local, les informations disent qu’un endroit a du être clôs en raison, par exemple, de consommation de drogues ou d'organisation de fêtes non autorisées, sans citer le nom du lieu, explique une ex-habituée du bar. Mais dans le cas de Beit Aneeseh, c’était l’inverse: les autorités ont déclaré que Beit Aneeseh a été fermé, sans préciser pour quelles raisons. » À en croire un gérant de bar local, « les responsables ont constaté que des clients y fumaient de l'herbe impunément et ont fermé l’endroit pour cela. C’est tout ! Beit Aneeseh me manque, j’apprécie les gens qui géraient cette endroit: Ils prenaient grand soin de leur clientèle, mais hélas pas assez du « business ». »

Depuis son ouverture en 1994, et à plus forte raison depuis la fermeture de Beit Aneeseh, la première destination de sortie nocturne est le célèbre Snowbar. L’établissement, qui dispose de sa propre page wikipedia (link to), a fait l’objet de nombreux articles de presse. Situé entièrement en extérieur (et par conséquent fermé durant l’hiver!) et à flanc de colline, le bar dispose de canapés et de larges coussins posés à même le sol. Idéal pour fumer un narguileh ou siroter un verre d'arak ou un cocktail sous les nombreux pins qui ont donnés leur nom au bar: Même si, au fil du temps, l’ orthographe « Snowbar » a pris le dessus sur l’"Al-Snobar" (« pin » en arabe) original, les deux versions restent valables et désignent bien un seul et même endroit. Le Snobar est le fruit du travail et de l’imagination d’Amin. Après être parti exercer son métier de paysagiste aux Etats-Unis dans les années 80, le propriétaire s'est évertué à transformer en bar incontournable ce qui était auparavant la maison et le local de fleuriste de sa famille. L’endroit peut accueillir confortablement une bonne centaine de personne, voire plusieurs (mais moins « confortablement ») lors des plus grosses soirées, des concerts et des populaires soirées tango et salsa. Les jours d’ouvertures du Snowbar sont irréguliers. Tâchez-donc de vous renseigner au préalable s’il s’y passe quelque chose.
 

Soirées hip-hop/funk, house, electro...

Aux alentours de la place Manara se trouve Lawain, un hybride bar/boîte inédit à Ramallah, sans doute l’adresse la plus alternative au regard de la musique qui y est diffusée. Entre des soirées hip-hop/funk, house, electro, des concerts acoustiques et rock, Lawain est le point de rendez-vous de la jeunesse fêtarde et noctambule Ramallahite. Fermé le lundi, il propose très régulièrement des DJ-sets de qualité variable mais souvent plutôt bon. Moins grand que le Snobar et sans espace extérieur, il propose un dancefloor assez vaste pour quelques dizaines de personne dans un décor sobre et une ambiance intime et détendue. Contrairement à de nombreux autres bars de Ramallah, il ne s’oriente pas forcément aux critères des expatriés et cherche moins à attirer les touristes que de maintenir son public composé en grande partie d’habitués, mais si vous venez pour faire la fête, vous serez accueilli à bras ouverts.
 

Arak et crème de liqueur


Enfin, si vous cherchez un endroit où boire un dernier verre avant l'aurore, vous pouvez vous diriger vers la station service à la jonction de la vieille ville et de la main street, derrière laquelle le bar La Grotta accueille des clients de 16h jusqu’à…open end. Il n’est pas toujours chose aisée trouver une place dans ce tout petit bar. L'endroit peut accueillir une vingtaine de personne dans une pièce décorés des tableaux de Maxim Zaqtan, qui gère ce bar avec son grand frère Shadi, également musicien de son état. Maxim (qui doit son prénom à consonance européenne à l’amour de son père pour Maxim Gorki) explique que « l’alcool est mal vu en Palestine, pourtant avant que la religion ne prenne autant de poids, il y avait une véritable culture de l’alcool ici et es gens buvaient beaucoup plus ». Inutile de préciser que tout le monde à Ramallah ne partage pas cet avis quelque peu iconoclaste. La spécialité locale est le "La Grotta shot", mélange d’Arak et de liqueur à la crème. Si l’endroit est fermé, vous pouvez toujours tenter votre chance en face, au « liquor & nuts store » du sympathique Abu Amjad.

Évidemment, la sélection de bars ci-dessus est subjective et non exhaustive. Le Stones et le Fuego (également un restaurant mexicain, au cas où vous seriez à la recherche de fajitas en terre sainte) dans la vieille ville, le confortable La Vie Café près de l’Arafat square ou encore le Ramallah café sur la Main Street (bar historique des "penseurs" et « lettrés ») sont autant d’autres options pour sortir le soir.

Les petites faims nocturnes seront satisfaites par des shawarmas à Manara, des falafels à l’Arafat Square et des kababs (viande grillée) dans la vieille ville. Enfin, les fumeurs noctambules trouveront leurs dernières cigarettes dans l’excellente boutique de jus de fruits frais Al-Silwadi à Manara.